Back from Montreuil

Premier salon en tant qu’auteur, premières rencontres avec des lectrices, des lecteurs… Et quel salon.

salon-livre-jeunesse-boy

C‘était l’occasion pour moi d’effectuer mes premières dédicaces en France, et j’ai été gâté ( un jour après mon anniversaire, la classe). Samedi 30 novembre, j’ai rejoint le stand de Bragelonne et, de 16 h à 18 h, j’ai vu des gens. Non mais, je veux dire : De vrais gens !!!

Parce qu’il faut bien garder en tête qu’un auteur travaille seul. Même si, une fois le manuscrit rendu à son éditeur, il y a tout un boulot à effectuer, ceux pour qui ce travail est fait, on ne fait que les imaginer. On se projette dans l’avenir, esquissant les silhouettes de celles et ceux qui tourneront les pages de notre premier livre. On les rêve assis dans le bus, sur leur lit, le canapé, au bord de la mer, au coin d’une cheminée, dans un rockin’chair… On les voit froncer les sourcils à tel moment de l’histoire, on espère une larme au coin de l’oeil. On prie pour ne pas qu’ils pestent et qu’ils regrettent d’avoir ouvert le roman !

Là, à Montreuil, j’ai rencontré des personnes qui avaient plongé dans mon roman avec envie et qui me faisait part de leurs impressions. C’est rassurant et ça fait vraiment plaisir. Les sourires échangés, la timidité partagée, les compliments comme les questions… difficile de revenir dans les détails d’un tel moment. Et c’est un simple merci que je peux vous adresser, à vous tous, qui êtes venus me faire un coucou.

Des auteurs ! Des auteures ! 

Et je n’étais pas seul, perdu au milieu de la foule ! Il y avait l’équipe de Bragelonne qui veillait au grain et trois autres auteurs de la maison : Magali Ségura, Samantha Bailly et Pierre Pevel. Pour le dernier, c’est un peu une vieille connaissance, et c’est toujours un plaisir de le revoir. On a vécu de sacrés bons moments à Brighton.

Samantha, j’avais déjà eu la chance de la croiser lors d’un de mes voyages à Paris, durant la correction de La Voie de la Colère. Cette fois, j’ai eu la chance de discuter un peu avec elle. Elle, si jeune, et qui pourtant a une sacrée expérience d’auteur, puisqu’elle a commencé à 17 ans ! Elle qui, avec passion, s’adresse à un visiteur de passage devant le stand pour lui parler de ses oeuvres et son engouement fait le reste.

Et puis il y a eu Magali, auteur de Leïlan, qui, en plus d’être sympathique, m’a fait rire au restaurant le samedi soir. Oui. Parce qu’on a mangé au restaurant. Je vous le dis en passant. Mais, il faut resituer dans le contexte. J’ai dîné avec des auteurs reconnus.

Le vendredi, je fêtais mes 34 ans. Quand j’ai passé le cap des 30 ans, partager un repas « entre » auteurs… c’était simplement un rêve. Depuis le 31 octobre de cette année, mon premier roman est entre vos mains. Alors souriez, froncez les sourcils, pestez… ce que j’espère, c’est que vous l’apprécierez et que pour vous, je serai un auteur. Un « bon » auteur.

… et sinon, Bragelonne, ils sont un peu comme mes parents de Livre. Pour mon anniversaire, voilà le cadeau qu’ils m’ont offert. Le Livre qui m’a fait voyagé à neuf ans et découvrir la Fantasy.

Bilbo

    20131202_223357

C’est pas du beau cadeau, ça ?

Si… si, si, si.

Publié dans Evènements

Brighton : The Journey in the world of Fantasy.

Tout de suite, un titre en Anglais, ça claque, non ?

Oui, je vous l’avoue, c’était une claque. Car à Brighton se déroulait du 31 au 4 novembre la World Fantasy Convention 2013. Autant dire qu’il y avait là la crème de la crème du genre et bien plus encore. Et se retrouver dans cette crème-là, au début, on a peur de s’y noyer.

Welcome in Brighton. So Bright... so... cloudy.

Welcome in Brighton. So Bright… so… cloudy.

Et pourtant…

À l’image de Bragelonne,  les gens sont accessibles dans ce genre de convention. Il n’y a pas de hiérarchie, autre que celle que le public peut donner. En effet, Joe Hill ou Joe Abercombrie ont un public bien plus grand que le mien et sont donc, naturellement, plus sollicités.  Pour ma part, j’avais cette chance de vivre ce moment en compagnie d’un des meilleurs auteurs de Fantasy Français : Pierre Pevel, et d’un des plus grands illustrateurs : Didier Graffet.

Ha ho hi

Ha ho hi

On s’est pas kiffé du tout et on s’est fait la gueule durant tout le voyage comme en témoigne cette photo d’archive.

This is... a Legend.

Très vite, on est mis dans le bain. La convention se déroule au Hilton, en front de mer, une sorte d’hôtel Overlook, mais avec plus de vent et de pluie. Sauf qu’à l’intérieur, c’est beaucoup plus joyeux que dans Shining. Le jeudi soir se sont déroulés les David Gemmell Legend Awards. Et comble de bonheur pour notre délégation, Didier Graffet a remporté le Ravenheart award de la meilleure couverture.

Une belle cérémonie, une belle fête ensuite… et toujours dans le couloirs, les escaliers, comme au bar, des auteurs, des illustrateurs de renoms, des éditeurs… On se croise, on se salue, on discute parfois autour d’un verre. Et la tête tourne.

Imaginez juste un instant : faire sa soirée de lancement à la World Con, et que la première personne qui vous demande une dédicace s’appelle Trudi Canavan…

 

The Launch

The Launch

Surprenant, étonnant, magique… Il y aurait plein d’adjectifs, de superlatifs pour qualifier cette convention. Il y a plein d’anecdotes, de rires, de moments passés à déconner, à s’émerveiller de tout et de rien ( pour ma part surtout, newbie que j’étais). J’ai rencontré plein de gens, signés quelques livres avec ce sentiment étrange, au début, de ne pas être à ma place tellement cet événement me paraissait énorme.

Ce lundi 4 novembre, j’ai visité les bureaux de Gollancz, mon éditeur anglais. Et avec eux et Stéphane Marsan, nous avons déjeuné en compagnie de Scott Lynch et de son amie.

Que dire de plus ? Simplement : c’était bien ? C’était super ? Non… aucun mot ne convient. Et pourtant, ce qui surgit de tous ces moments est une étonnante simplicité. Comme s’il n’y avait rien de magique, que tout était normal.

C’est là où réside la magie, finalement. Quand vous savez vivre quelque chose d’unique et que vous vous y sentez comme si vous y aviez toujours dû y être.

Merci Leslie, César, Stéphane, Isabelle, Claire, Alain, David, Manu et Manu, Céline, Anne C, Alice, Yolande… Pierre et Didier… Gillian, Simon, Marcus…

That was awesome ! 

 

Et à vous tous, je vous donne rendez-vous au salon jeunesse de Montreuil à partir du 30 novembre. Hâte de vous y rencontrer.

 

Publié dans Evènements

Bienvenue

lvdlc-grande-bretagneD’ici quelques semaines, il sera là. Le livre. Un livre parmi d’autres, sûrement. Pourtant, il aura avec lui quelque chose d’indicible à mes yeux, de difficilement explicable. Cela peut se résumer simplement à : c’est mon premier livre. Et quelle histoire avec lui…

De la rencontre avec Stéphane Marsan jusqu’à la publication du premier tome du Livre et l’épée, il y a tellement d’émotions qui ont pu me traverser, de doutes, d’angoisses, de joie. Mais c’est maintenant que, quelque part, tout va vraiment commencer. Car ce livre-là, vous l’aurez dans les mains et vous seul déciderez s’il vous accompagnera plus longtemps que les heures, jours ou semaines que vous passerez à le découvrir.

Et dans tout ça, il y a ce site. C’est déroutant d’avoir un site à son nom, ainsi, comme un égotrip un peu trop prononcé. Mais c’est surtout le moyen de se retrouver ensemble et de vous faire partager le maximum de choses concernant l’aventure éditoriale que je suis en train de vivre.

Alors, bienvenue à toutes et à tous. Vous serez mes premiers lecteurs. Et ça, dans la vie d’un nouvel auteur, c’est quelque chose.

Amicalement,

Antoine.

Publié dans Non classé
Page Facebook
Derniers tweets